Suivez l'actualité météorologique des cyclones aux Antilles 24h/24 et 7j/7

“Une saison des ouragans extrêmement active en 2024” : l’Université du Colorado revoit ses prévisions à la hausse

L’université du Colorado a revu, le 9 juillet dernier, ses prévisions légèrement à la hausse, quant à ce qui attend les pays exposés aux phénomènes cycloniques, en Atlantique, en 2024. Après de nouvelles estimations, les spécialistes parlent désormais de 25 phénomènes attendus, au lieu de 23 au départ.

À LIRE AUSSI : Saison cyclonique 2024 : hyperactive selon les chercheurs de l’Université du Colorado – 04/04/2024.

La chaleur des eaux de mer, un facteur de risque

L’actuelle saison cyclonique, qui était d’ailleurs déjà considérée comme “au-dessus de la moyenne” en termes d’activité, s’annonce donc encore plus active que celle de l’an dernier. Le passage précoce de Béryl, Ouragan de catégorie 5, en a peut-être donné un avant-goût.

Les scientifiques américains précisent que la zone est menacée par 11 s à 12 ouragans potentiels, dont 5 à 6 majeurs, lesquels pourraient atteindre ou dépasser la catégorie 3.
Il fait encore très chaud sous nos latitudes, et ce n’est pas de bon augure, en cette période. Cette révision est d’ailleurs justifiée par les températures élevées relevées en Atlantique et en mer des Caraïbes.

Nous prévoyons une saison des ouragans extrêmement active en 2024 dans le bassin Atlantique.

Université d’État du Colorado – 09/07/2024.

Prévisions saisonnières pour 2024, mises à jour le 9 juillet.

Une saison 2024 déjà bien active

Depuis le 1er juin, trois phénomènes ont fait parler d’eux dans la région : Alberto, Chris et Béryl ; le dernier a été le plus ravageur.

À titre de comparaison, la saison cyclonique 2023 avait été, selon les experts, la quatrième plus intense de l’histoire, depuis que les données sont enregistrées, avec 20 tempêtes nommées.

Read More

Solidarité Beryl à Saint-Barthélemy : Les larmes de Kelly, capitaine Grenadien venu embarquer 7 tonnes de vivres supplémentaires pour les Grenadines

Tout est parti d’un post Facebook qui cherchait des voiliers à destination des îles touchées par l’ouragan Beryl pour envoyer quelques colis et puis cela a enflammé toute l’île.

Comme on est une île qui prend pas mal de cyclones, on a eu Irma en 2017, il y a une solidarité énorme qui s’est réveillée et tout le monde a voulu donné.

Françoise Pingot, coordinatrice de l’opération

Françoise Pingot dite Fanfan, coordinatrice de “Solidarité Beryl” ©Eric Stimpfling – Guadeloupe la 1ère

Au final plus de 4 tonnes de vivres et de fournitures en tous genres ont été chargées ce samedi matin sur le bateau des douanes à destination de la Martinique puis de Saint-Vincent et les Grenadines. 

Chargement des vivres et fournitures sur le bateau des douanes pour l’opération “Solidarité Beryl”

Un immense merci à toute l’île qui donne sans compter, ça réchauffe le cœur . Vous êtes vraiment incroyables.

Françoise Pingot coordinatrice de l’opération

L’Isabella en provenance des Grenadines sur le quai de Gustavia ce dimanche 7 juillet 2024

Une opération de solidarité à long terme

Ce dimanche, c’est au tour de l’Isabella, un vieux caboteur battant pavillon de l’île de Grenade de faire escale à Saint Barthélémy. Le navire achève une tournée dans les îles du Nord pour charger les dons offerts aux sinistrés de Saint-Vincent et les Grenadines. Une semaine après le passage du cyclone, Kelvin Deroche, le capitaine de l’Isabella, reste profondément marqué par la situation sur place. Son émotion est palpable.

Kelvin Deroche dit Kelly, capitaine de l’Isabella ©Eric Stimpfling – Guadeloupe la 1ère

7 tonnes de vivres, d’eau, de vêtements et de fournitures diverses ont été embarquées ce matin à bord de l’Isabella. Un chargement qui fait suite à celui réalisé la veille toujours à Gustavia mais cette fois à bord de la DF 38 Sualouiga, la vedette des Douanes. Une opération de solidarité appelée à s’inscrire dans la durée. L’Isabella est attendue à Saint-Barthélemy dans deux semaines pour embarquer un nouveau chargement humanitaire.

Read More

OURAGAN BERYL. “C’est vrai que c’était vraiment impressionnant” : constat des importants dégâts sur le littoral Caraïbe

Progressivement, tout au long de cette journée du mardi 2 juillet 2024, l’épisode de houle qui a impacté la Côte-sous-le-vent de la Basse-Terre s’est atténué. Un bulletin de retour au vert, côté vigilance, a été émis à 17h00.

L’ouragan Béryl, bien que son centre soit passé très au Sud de l’archipel guadeloupéen, a causé des dégâts localement, durant la nuit dernière. À tel point que le préfet a activé le centre opérationnel départemental, dans la matinée, “aux fins d’évaluation des conséquences sur notre territoire”.

Béryl a laissé des traces

La forte houle générée par Béryl a considérablement impacté la route départementale 6, la rendant impraticable en plusieurs points : entre Rivière-Sens et Vieux-Fort. Sur cette portion de route, une voiture a été emportée dans la mer. Par chance, le conducteur a pu en sortir et nager jusqu’au rivage ; sain et sauf, il a perdu son véhicule, qu’il utilisait pour travailler.

Plusieurs établissements ont connu des dégradations importantes, notamment à Rivière-Sens. Les services de la Direction de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DEETS) sont mobilisés pour les appuyer. Celles en incapacité de proposer du travail à leurs salariés, suite aux intempéries, et souhaitant mobiliser l’activité partielle sont invitées à cliquer ici.

Sur place, Guy Losbar a constaté la destruction de plusieurs embarcations. Le Président du Conseil départemental de la Guadeloupe promet la reconstruction, le plus rapidement possible, de la digue, afin de sécuriser le port de pêche, une infrastructure dont la collectivité est gestionnaire.

Rivière Sens a été ravagé par la houle générée par l’ouragan Béryl – 02/07/2024.

Les dégradations sont aussi importantes, sur le boulevard maritime de Basse-Terre, littéralement méconnaissable aujourd’hui.

Le boulevard maritime de Basse-Terre est méconnaissable ce mardi, après l’impact de la houle générée par l’ouragan Béryl – 02/07/2024.

Nous y avons rencontré Jean-Luc, dont le salon de coiffure a pris l’eau durant plusieurs heures, dès 22h00, lundi soir.

Comme avant, ici, les gens disaient que la mer arrivait là, je pense que la mer a repris sa place. Mais c’est vrai que c’était vraiment impressionnant. J’ai connu ça, mais pas aussi violent. Avant, il y avait de l’eau, mais le salon ne prenait pas d’eau (…).

Jean-Luc Malespine, manager d’un salon de coiffure du Blv maritime de Basse-Terre

Jean-Luc Malespine, manager d’un salon de coiffure du Blv maritime de Basse-Terre ©Thierry Philippe – Guadeloupe La 1ère

Autre axe coupé : celui longeant le littoral, au niveau du quartier Rivière des pères, à Basse-Terre.
Dans le gymnase de ce quartier, trois familles ont été mises à l’abri, dans la nuit. Deux d’entre elles ont pu regagner leur domicile ou être hébergées par leurs proches, par la suite.
Jeanine, elle, a vu sa voiture s’inviter dans sa maison. 

J’ai entendu un gros bruit ! Je n’ai même pas fait attention que c’était la voiture qui montait là ! (…)

Jeanine, habitante du quartier de Rivière des Pères, à Basse-Terre

Jeanine, habitante du quartier de Rivière des Pères, à Basse-Terre ©Thierry Philippe – Guadeloupe La 1ère

Le président de la Région Ary Chalus, également sur le terrain, a l’intention de déployer des moyens, sur le long terme, pour le relogement des riverains, trop souvent victimes des intempéries.

Les maires des communes touchées ont aussi fait le nécessaire pour accompagner les sinistrés.

À Basse-Terre, le CCAS a recensé les personnes en détresse et mis en œuvre des solutions, dans l’urgence. La solidarité a fait le reste. 

Nous avons 23 sinistrés, dont 4 maisons qui méritent éventuellement un pompage de l’eau ; nous avons effectué la demande au niveau du poste de commandement, nous attendons les retours. Là, nous allons procéder à l’enlèvement d’un véhicule, pour éviter des risques sanitaires (…).

Yanetti Paisley, vice-présidente du centre communal d’actions sociales

Yanetti Paisley, vice-présidente du centre communal d’actions sociales ©Thierry Philippe – Guadeloupe La 1ère

La circulation sur la route nationale 2, à Baillif, a été rétablie dans les deux sens, en mi-journée, après des heures de déblaiement. 

La forte houle a emporté plusieurs voiliers, échoués ou coulés. Un inventaire est en cours pour identifier les propriétaires et procéder aux procédures nécessaires à leur enlèvement.

À l’anse Dupuy, à Vieux-Fort, nous avons rencontré Maurice Tubul. Le sous-préfet de Basse-Terre et secrétaire général de la Préfecture de la Guadeloupe insiste pour dire aux sinistrés et aux maires de lister les dégâts, en vue d’une possible reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

Je me suis déplacé sur les communes, pour identifier quelle était l’étendue des dégâts et voir véritablement ce qu’il est nécessaire de mettre en place, très vite, pour accompagner les habitants qui ont pu être impactés (…).

Maurice Tubul. Le sous-préfet de Basse-Terre et secrétaire général de la Préfecture de la Guadeloupe

Maurice Tubul. Le sous-préfet de Basse-Terre et secrétaire général de la Préfecture de la Guadeloupe ©Thierry Philippe – Guadeloupe La 1ère

La mairie de Deshaies a fermé les écoles du littoral de la commune (Bethsy, Ferry et Caféière), de même que les services municipaux clos dès 12h30.

Les dessertes maritimes, notamment entre Pointe-à-Pitre et Marie-Galante, interrompues dès hier après-midi, ont repris en mi-journée de ce mardi. Mais, les conditions de houle à l’entrée du port de Grand-Bourg ont contraint le navire de la compagnie L’Express des Îles, le Gold Express, parti à 13h15, à rebrousser chemin. Le navire a finalement accosté à Saint-Louis, où les conditions étaient moins dangereuses. L’opérateur est contraint de suspendre ses rotations à destination de Marie-Galante jusqu’à mercredi, à 8h15… si la météo le permet. 

Côté ciel, Météo France annonce des pluies, attendues la nuit prochaine, avant un épisode pluvieux, entre mercredi et jeudi, consécutif à l’onde tropicale n°17.

Les plaies infligées plus au Sud de l’arc antillais

L’ouragan Béryl a fait au moins quatre morts, dans les îles des Grenadines, selon un bilan provisoire des victimes : deux à Carriacou, un à Grenade et un à Bequia.

La Martinique a aussi essuyé les effets du phénomène. La côte Caraïbe a aussi été frappée par la houle. Plusieurs commerçants du chef-lieu Fort-de-France sont sinistrés et le réseau routier a été mis à mal, dans toutes les communes littorales. Les opérations de déblaiement et de nettoyage s’annoncent longues ; elles précèdent l’évaluation des dégâts matériels.

Read More

VIGILANCE MÉTÉO. Retour au vert en Guadeloupe et maintien en jaune pour vagues submersion

L’ouragan majeur, surpuissant de catégorie 5 Béryl était situé à 05h00 locales : 14°6 N 66°9 W à 580 km de la Guadeloupe. Il se déplace actuellement vers l’ouest-nord-ouest, à 35 km/h. Le vent moyen souffle à 140 nœuds (270 km/h) avec des rafales à 170 nœuds (320 km/h).

Évolution prévue

Retour d’un temps plus calme pour pluie et vent. Le temps est variable et brumeux avec du vent modéré et quelques rafales sur les sommets.

Vagues Submersion

L’état de la mer reste encore dégradé sur le littoral, avec une forte agitation générée par une houle d’est-sud-est de période 9 à 10 secondes. Les creux les plus forts devraient être observés à Marie Galante et la Désirade : de 2m50 à 3m.

Sur la côte Sud de la Grande-Terre et les Saintes : 1m50 à 2m.

Sur la côte Est de la Grande-Terre : 2m

En Côte-sous-le-vent, surtout dans la partie Sud, la houle crée une agitation inhabituelle avec des creux 1m à 1m50.

En conséquence, des déferlements inhabituels et des submersions localisées sont toujours à craindre en côte sous le vent, les Saintes et la côte ouest de Marie-Galante. Les mouillages des bateaux risquent d’être sollicités.

Une amélioration est prévue en matinée côté Atlantique et en cours de journée pour le reste des côtes.

Les chiffres des cumuls de précipitations

Cumuls estimés (radar) sur les 36 dernières heures

100 à 120 mm sur le relief Basse-Terrien et ses abords et jusqu’à 150 mm sur les sommets.

80 à 100 mm en plaine et sur les dépendances.

Nombreuses rafales à 60 km/h avec des max à 93 km/h à La Désirade, 76 km/h à Baillif et Pointe-Noire, 71 km/h à Goyave et Gourbeyre.

Pas de mesures de hauteurs de vagues disponibles.

Read More

Ouragan Béryl : les effets de la houle sur la Côte-sous-le-vent et à Terre-de-Bas

Bien que le centre de l’ouragan Béryl soit passé très loin au Sud des côtes de la Guadeloupe, la houle générée par le phénomène a donné des sueurs froides aux habitants de la Côte-sous-le-vent de la Basse-Terre, durant la nuit dernière (du lundi 1et au mardi 2 juillet 2024). La mer a envahi le littoral et, du fait de la violence des vagues, a ramené des blocs rocheux et du sable à terre.
Terre-de-Bas se réveille aussi groggy.

Les dégâts sont bien plus importants dans le Sud de la Caraïbe, notamment à Grenade.

Forte houle en Côte-sous-le-vent

Encore ce mardi matin, la circulation est très compliquée sur toutes les routes longeant les côtes, dans la zone allant de Basse-Terre à Deshaies, nous informait le directeur du syndicat mixte Routes de Guadeloupe, dans le journal radio de 6h00, sur Guadeloupe La 1ère :

C’est le cas du bourg de Baillif, où le boulevard n’est, pour l’instant, pas praticable. On a aussi le cas à Bouillante, on a une zone dans le bourg qui n’est pas complètement franchissable. Pigeon aussi, ça passe, mais difficilement. À Guyonneau Pointe-Noire, on a pas mal de blocs sur la chaussée, donc la circulation est très, très difficile. C’est le cas aussi à Ferry et dans le bourg des Deshaies ; là, c’est carrément bloqué, pour l’instant. Nous mettons les moyens de façon à rendre la route circulable rapidement.

Sully Pandolf, directeur de Routes de Guadeloupe

Les habitants sont invités à différer leurs déplacements, afin de ne pas se retrouver en difficulté. S’ils doivent coûte que coûte sortir, ils doivent prendre leur mal en patience et admettre qu’atteindre leur destination prendra un peu plus de temps qu’à l’accoutumée.

Et, en effet, durant cette nuit agitée, les sapeurs-pompiers ont dû effectuer plusieurs sorties.
Le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) a reçu plusieurs appels relatifs aux vagues submersives à Rivière des Pères. La mairie de Basse-Terre a mis à disposition de la population le gymnase du quartier, où une ambulance des pompiers et un officier ont été affectés, à la demande de la préfecture. Sur place, plusieurs riverains étaient en difficulté à leurs domiciles respectifs.

La houle générée par l’ouragan Béryl a violemment frappé Rivière des Pères, notamment, durant la nuit – 1et au 2/07/2024. ©Vidéo amateur

À Rivière Sens, à Gourbeyre, un engin incendie et la gendarmerie ont été engagés, où une voiture a été signalée emportée par le ruissellement urbain, à proximité de la station-service. Après reconnaissance, les secours ont constaté que le véhicule était vide. Deux voiliers ont échoué sur la plage ; là aussi, aucun passager n’était à bord. À cause des projections d’eau, le feu s’est déclaré dans le compteur électrique de la station-service.

Le SDIS a effectué des reconnaissances sur plusieurs secteurs.
Ils ont constaté les dégâts provoqués par la montée de la mer entre La Poste et la Mairie de Baillif, où la mairie a été contactée pour l’ouverture d’un abri.
Plusieurs axes ont un temps été fermés à Gourbeyre, Basse-Terre et Baillif.

Terre-de-Bas aussi impactée

Le SDIS aussi signale un incident survenu à Terre-de-Bas : à 5h50, ils ont constaté l’échouage de quatre voiliers, qui se sont écrasés sur la côte de Grand-Baie ; par ailleurs, boue, cailloux, sable et rochers rendent quasiment impraticable l’accès à l’anse des Muriers, désormais fermé au public.

Cinq voitures ont été endommagées sur le parking, un commerce a été inondé, deux bateaux de pêcheurs ont échoué et un ponton a été complètement arraché.

Dégâts provoqués par l’ouragan Béryl à Terre-de-Bas – 1er au 02/07/2024. ©Vidéo amateur

Grenade a beaucoup souffert

Dans le Sud de l’arc antillais, les petites îles de Carriacou et Petite Martinique, à la Grenade, ont été ravagées. L’œil de Béryl est passé sur des localités, qui ont donc essuyé de fortes rafales de vent, qui ont soufflé jusqu’à 240 km/h. De nombreux toits se sont envolés et les conditions se sont très vite compliquées pour la population, alors que plus de 80% du territoire a été privé d’électricité.

Béryl a aussi touché très durement les Grenadines, où des bateaux ont été projetés, tandis que des maisons ont été éventrées. Sur place, les habitants sont en mode survie.

Il est encore trop tôt pour un bilan humain et matériel, mais on peut craindre qu’il soit catastrophique.

La Martinique, quant à elle, a essuyé peu de vent, mais beaucoup d’eau, notamment du côté de Rivière Pilote.

Read More

L’ouragan Beryl n’est plus qu’à quelques heures de son entrée en mer des Antilles

Beryl n’est plus qu’à quelques heures de Grenade et des Grenadines. A 5 heures, ses vents étaient de 195 km/h, soit en catégorie 3. Il s’était un peu affaibli en effectuant un cycle de remplacement de son oeil, chose très fréquente dans les cyclones intenses. L’oeil se contracte et est remplacé par un autre mur de l’oeil qui se construit autour. A ce moment là, le cyclone perd un peu de forces, mais souvent, c’est pour gagner en volume. AInsi Beryl a retrouvé la catégorie 4, après avoir reconstruit un nouvel oeil. Ses vents sont à nouveau de 215 km/h. Trinidad et Tobago est également impacté par l’Ouragan.

Béryl devrait traverser les Grenadines en fin de matinée et devrait entrer en Mer des Antilles durant l’après-midi. Grenade et Saint Vincent & les Grenadines devraient être les cibles principales de son passage. A 11h10, le NHC a annoncé que l’ouragan Béryl avait atterri sur l’île de Carriacou (Saint-Vincent et les Grenadines) avec des vents de 240km/h.

La Martinique ne devrait pas avoir d’effets forts liés au passage de l’ouragan. C’est la raison pour laquelle la préalerte cyclone a été remplacée par une vigilance météorologique multi-paramètres. Cependant, le passage de l’ouragan Beryl, provoque tout de même des perturbations en Martinique. Les épreuves du Diplôme national du Brevet (DNB) prévues ce lundi 1er juillet sont ainsi reportées.

La Guadeloupe n’aura que très peu d’effets. La Guadeloupe ainsi que Saint-Martin et Saint-Barthélemy restent placés en vigilance jaune pour fortes pluies, vagues/submersion et vents violents. La prudence reste toutefois de mise.

La Guadeloupe ainsi que Saint-Martin et Saint-Barthélemy ont été placé en vigilance jaune pour fortes pluies, vagues/submersion et vents violents.

Evolution prévue en Guadeloupe

  • Pluie et Orages

En lien avec une bande spiralée, des averses modérées à fortes, et localement orageuses sont attendues encore pour ce lundi. Après une petite accalmie, vraisemblablement en cours d’après-midi, les averses reprendront en soirée et nuit suivante et seront de nouveau accompagnées de quelques coups de tonnerre. Des cumuls de pluie généralement de l’ordre de 30 à 50 mm en 3h, sont attendues, mais ils peuvent être plus importants localement. L’amélioration se dessine en matinée de mardi.

  • Vent Fort

Toujours en lien avec le passage de Béryl, le vent d’Est-Nord-Est souffle à 30 à 40 km/h en moyenne dans l’intérieur des terres et 45 à 55 km/h en bord de mer et sur les hauteurs. Des rafales de l’ordre de 70 à 80 km/h sont à craindre en plaine et elles pourront atteindre 80/100 km/h sur les mornes. Le vent d’Est s’oriente progressivement à l’Est-Sud-Est en fin de journée de lundi. Ce vent fort se maintient jusqu’à mardi à la mi-journée.

  • Vagues Submersion

L’ouragan Béryl qui circule sur la moitié Sud de l’Arc Antillais engendre une dégradation de l’état de la mer. La mer se creuse encore aujourd’hui, pour atteindre au plus fort cette après-midi et ce soir. Les creux les plus forts devraient être enregistré à Marie Galante et la Désirade : creux de 3m50 à 4m voire jusqu’à 4m50. Sur la côte Sud de la Grande-Terre, les Saintes 2m50 à 3m. Sur la côte Est de la Grande-Terre, 2m à 2m50. La période de la houle est d’environ 9 à 10 secondes, elle est d’Est-Sud-Est.

Le passage de l’ouragan Beryl en mer des Caraïbes engendre un amortissement progressif en seconde partie de nuit de lundi à mardi sur l’est de l’archipel, tandis que la mer se creuse en côte sous-le-vent dès ce lundi, avec une houle de sud.

La côte Caraïbes pourrait connaître également une dégradation de l’état de la mer en soirée voire nuit de lundi à mardi, houle de Sud avec des creux d’1m80 à 2m.

En conséquence, des déferlements inhabituels et des submersions localisées sont donc possibles sur les côtes précitées. Les mouillages de bateaux risquent d’être sollicités.

Une amélioration est prévue en matinée de mardi sur l’ensemble de l’archipel.

Données chiffrées

Vent moyen : 50 à 55 km/h à la Désirade, et jusqu’à 65 km/h enregistré à 5 heures locales. Rafales 50 à 60 km/h enregistré sous les averses en plaine.

Cumuls sur les 3 dernières heures :

  • 19mm à Saint-Claude
  • 18 mm à Vieux-Fort
  • 16 mm à Baie-Mahault

Read More

Le sud des Petites antilles menacé par la tempête tropicale Beryl

La tempête tropicale Béryl a officiellement été nommée par le National Hurricane Center (NHC), hier soir, vendredi 28 juin. Ses vents étaient déjà de 65 km/h. Depuis, la tempête Beryl ne cesse de se renforcer et pourrait bel et bien se transformer en ouragan dans la journée

A 5 h 30 ce matin, Beryl se trouvait à 1570 km à l’est sud-est de Barbade et se déplaçait vers l’ouest à 33 km/h. Elle devrait maintenir cette trajectoire ou l’incurver légèrement vers l’ouest nord-ouest durant les prochains jours. Ses vents soutenus atteignent désormais 85 km/h avec des rafales de 100 km/h. La tempête semble sur une phase d’intensification rapide, au point que le NHC reconnait avoir peut-être été un peu conservateur avec cette vitesse. Beryl devrait devenir un ouragan d’ici ce soir, mais ceci pourrait être plus rapide avant de transiter sur les Petites Antilles, indique Bruno Benjamin, prévisionniste et président de l’association Ouragans.com.

Selon Météo France, les modèles de prévision numériques du temps prévoient le passage de Beryl sur les Petites antilles avec les caractéristiques suivantes :
● un passage au plus près du centre au cours de la journée du lundi 1er juillet voire début de nuit de 
lundi 1er à mardi 2 juillet.
● un passage du centre sur les Petites Antilles, entre Tobago pour l’île la plus au sud et le Sud de la 
Martinique pour l’île la plus au nord.
● un passage du système au stage ouragan de catégorie 1 à 2.
● un déplacement rapide du système

Les services météorologiques de Barbade ont d’ores et déjà placé l’île en préalerte ouragan puisque le phénomène devrait les atteindre dimanche soir.

Beryl devrait traverser l’arc antillais lundi à hauteur de Saint Vincent et Sainte-Lucie, mais au rythme où elle se développe, la Martinique pourrait avoir des effets périphériques. 

Le préfet de la Martinique a présidé une réunion vendredi après-midi avec les services de secours de l’État et des opérateurs gestionnaires de réseaux afin de faire un point, avec Météo France.

Ce phénomène pourrait toucher les Petites Antilles au cours de la journée de lundi. Compte-tenu de l’échéance et des incertitudes sur la trajectoire exacte du phénomène, il n’est pas encore possible de prévoir précisément son impact sur la Martinique. Il est d’ores et déjà fort probable que l’état de la mer soit fortement agité dès la soirée de dimanche, et singulièrement pendant la journée de lundi, avec des vagues moyennes de l’ordre de 5 mètres dans le canal de Sainte Lucie.

Préfecture de Martinique

Read More

L’onde tropicale n°16 pourrait devenir un phénomène cyclonique et menacer les Antilles la semaine prochaine

Deux ondes tropicales sont actuellement présentes en Atlantique, indique Météo France.
La première, l’onde tropicale n°15 concernera les Antilles à compter de samedi matin. Des averses soutenues parfois orageuses pourront concerner les îles au sud de Montsérrat, donc la Guadeloupe et la Martinique.

L’inquiétude vient de la seconde onde, n°16 qui s’est formée au large de l’Afrique. Pour le moment, il ne s’agit que d’un risque, mais ce dernier augmente chaque jour.

Le phénomène situé à environ 2400 km à l’est-sud-est de la zone Caraïbe se déplace rapidement et devrait concerner l’arc antillais – Guadeloupe, la Martinique, Saint-Martin et Saint-Barthélemy – à partir de lundi 1er juillet en journée.
Cette onde est placée sous surveillance pour un risque d’évolution cyclonique à 7 jours par le centre national des ouragans (NHC). En effet, la probabilité que cette onde devienne un phénomène cyclonique est estimée à 80% pour les 48 prochaines heures et à 90% pour les sept jours à venir. Une dégradation du temps et des conditions de vent et mer est très probable.

Néanmoins, étant donné l’échéance, l’incertitude reste importante tant sur la trajectoire que sur l’intensité de ce potentiel système cyclonique – d’onde tropicale en dépression puis en tempête tropicale, voire en ouragan.

Possible trajectoire de l’onde tropicale n°16

Toutefois, selon les premières estimations de la NHC, les averses et les orages montrent des signes d’organisation, l’onde tropicale pourrait devenir une dépression tropicale ou une tempête tropicale d’ici la fin du week-end.

Une saison très active

Le mois dernier, la chaîne américaine “The Weather Channel”, spécialisée dans les prévisions météorologiques revoyait à la hausse ses prévisions pour la saison cyclonique qui a débuté le 1er juin jusqu’au mois de novembre.
L’institution annonçait tabler désormais sur 25 phénomènes nommés : 12 ouragans dont 7 majeurs, au-delà de la catégorie 3 sur l’échelle de Saffir-Simpson.

Les météorologues ont estimé, comme l’ensemble des instituts ayant émis leurs hypothèses, que cet épisode sera hyperactif et proche des records jusqu’alors enregistrés.

La situation sera donc surveillée de près dans les jours à venir.

Read More

Saison cyclonique : Alberto la première tempête nommée ne menacera pas les Antilles

Elle s’appelle Aberto et est la première tempête nommée de la saison cyclonique dans le bassin Atlantique. Elle ne menacera pas la Guadeloupe, ni l’arc antillais. Située dans le golfe du Mexique, elle a une chance de formation sur 48 heures élevée à 80 pour cent.

Carole Petit

Un “ouf” de soulagement pour les Antilles, la première tempête nommée ne concernera pas la Guadeloupe, ni aucune île de l’arc Antillais. La tempête Alberto se forme actuellement sur l’Ouest du golfe du Méxique. De fortes pluies, des inondations côtières et des rafales sont prévues le long des côtes du Texas et du nord-est du Mexique jusqu’à jeudi. 

Trajectoire de la tempête Alberto dans les jours qui viennent

Le gouvernement du Mexique a étendu l’avertissement de tempête tropicale vers le sud jusqu’à Tecolutla. Conséquence, un avertissement de tempête tropicale est en vigueur pour la côte du Texas depuis le col de San Luis vers le sud jusqu’à l’embouchure du Rio Grande ; la côte nord-est du Mexique au sud de l’embouchure du Rio Grande jusqu’à Tecolutla.

Read More

Une université américaine estime qu’il y a des “chances élevées” pour que la Caraïbe connaisse un ouragan majeur cette saison

Ces éléments chiffrés ne sont que des probabilités construites sur la base de l’ensemble des données du site du National Oceanic and Atmospheric Administration, le NOAA.
Ce dernier répertorie en plus, tous les phénomènes cycloniques de la région entre 1880 et 2020.
Une approche statistique qu’il convient donc de prendre avec toutes les précautions d’usage.

Pour les chercheurs de l’Université du Colorado, compte tenu de la très grande activité cyclonique attendue cette année, ces probabilités sont importantes.
C’est notamment l’Energie Cyclonique Accumulée qui influe sur ces projections. Cette donnée combine le nombre de systèmes cycloniques, leur durée d’existence et leur intensité.
En 2024, les scientifiques estiment qu’elle s’établira aux alentours de 210 contre 123 mesurée en moyenne entre 1991 et 2020. 

Ces probabilités ont été dévoilées sur le site de l’université du Colorado jeudi dernier (14 juin 2025).
Pour la Guadeloupe, les scientifiques estiment ainsi que l’archipel a 51% de chances d’être touché par une tempête qui passerait dans un rayon de 80km autour des terres habitées.
Probabilité qui descend à 29%, soit une chance sur 3 pour que l’archipel soit impacté cette fois-ci par un ouragan et 11% par un ouragan majeur c’est-à-dire dont l’intensité sera égale ou supérieure à 3 sur l’échelle de Saffir-Simpson.

Read More